La bonne éducation.

Toutes les semaines je reçois des demandes d’aide de la part de parents qui doutent de leurs compétences pour éduquer leurs enfants ou qui se sentent démunis devant certains de leurs comportements.

Crédit photo: Dan Photographe

Je suis souvent bien embêtée parce que ce que me demandent ces parents ce sont des avis et surtout des conseils. Or les psychologues ne peuvent pas donner de conseils sur la manière d’éduquer les enfants pour plusieurs raisons. Tout d’abord la complexité et la variété des situations s’opposent à l’application automatique de règles pré-établies. Ensuite le travail des psychologues n’est pas de formuler des réponses standardisées pour chaque problème. Imaginez un peu s’il existait une technique pour gérer un deuil par exemple il suffirait tout simplement de l’appliquer pour surmonter cette épreuve. Nous savons tous que ce n’est pas si simple et que la singularité de chacun rend les choses beaucoup plus complexes! Le psychologue n’a pas de solution toute faite à un problème particulier. Même si ce problème vous semble commun le psychologue vous aide à trouver VOTRE solution et pas celle qui correspondra au voisin.

Et puis qu’est-ce que c’est une « bonne éducation »? A quoi juge-t-on une éducation réussie?

La parentalité est devenue un terrain miné et la maternité rime de plus en plus avec culpabilité. Selon une enquête du C.S Mott Children’s Hospital (de l’université du Michigan), 62% des mères d’enfants âgés de 0 à 5 ans déclarent recevoir des autres trop d’avis critiques sur différentes composantes de la parentalité. La discipline est LE sujet sur lequel les mères sont le plus attaquées (et attaquent en retour!). Chaque article sur le sujet déclenche inévitablement une horde de commentaires allant du plus compatissant au plus agressif. Chacun a son mot à dire, son expérience à partager et parfois même son venin à cracher. Bien sûr que nous voulons tous le meilleur pour nos enfants mais c’est quoi le meilleur? J’ai voulu vous poser la question et même si ce sont souvent les mêmes réponses qui reviennent, force est de constater que tous les parents n’ont pas les mêmes priorités et la même définition du bonheur, d’une vie épanouie et d’une bonne éducation. Il est donc impossible (et heureusement car nous sommes riches de nos différences) que tous les parents aient la même manière de penser l’éducation de leurs enfants et la même façon d’envisager la famille. André MALRAUX a écrit: « Juger, c’est de toute évidence ne pas comprendre puisque, si l’on comprenait, on ne pourrait pas juger ».

Quelques soient vos choix vous ne devriez pas avoir à vous justifier. Votre opinion, votre philosophie de vie, votre histoire et votre manière d’envisager l’avenir ne regarde que vous. Vous avez peut-être fait le choix de n’avoir qu’un seul enfant et l’on vous reproche peut-être d’être égoïste? Vous êtes peut-être à la tête d’un famille nombreuse et vous avez déjà eu des commentaires vous blâmant de ne pas pouvoir passer suffisamment de moments privilégiés avec chaque enfant? Et puis si vous nourrissez votre enfant au sein depuis de nombreux mois vous avez sûrement choqué plusieurs passants en l’allaitant sur un banc public; et puis si vous lui donnez du lait en poudre depuis son premier jour peut-être a-t-on essayé de vous culpabiliser en vous sermonnant que ce n’était pas ce qu’il y avait de meilleur pour votre enfant? Vous pratiquez le cododo? Surtout n’allez pas le crier sur tous les toits sous peine d’être traitée de mère dangereuse!  Mais si votre enfant n’a jamais dormi dans votre chambre on vous reprochera de ne pas être assez maternante. Si vous êtes mère au foyer et que vous cuisinez tout vos plats on dira de vous que si vous ne travaillez pas vous n’avez plus de vie de femme. Si vous travaillez beaucoup on vous reprochera de ne pas être une bonne mère et de ne pas passer suffisamment de temps avec vos enfants. Si vous appliquez l’éducation dite « positive » certains vous trouveront ridicule. Mais si vous avez une éducation (tout aussi positive soit dit en passant) plus « traditionnelle » d’autres vous reprocherons de ne pas écouter suffisamment vos enfants …

Bref, quoi que vous fassiez, vous serez un jour jugée. Bien sûr, vous n’êtes ni parfaite, ni ultracompétante mais heureusement! Vous êtes une mère « suffisamment bonne » (pour reprendre le terme que j’adore de Winnicott) et cet adverbe, qui fait un bien fou, change tout! Arrêtons de nous juger, de nous comparer et de critiquer et assumons nos choix. Si vous êtes heureuse, si vos enfants sont épanouis et si votre vie de famille vous convient alors ne vous posez pas trop de questions. Profitez, vivez.

Soyons bienveillants envers nous-mêmes, envers les autres et donnons l’exemple pour être cohérents. Education stricte ou permissive? Finalement on ne trouve du bon sens qu’aux personnes qui sont de notre avis…

A bientôt,

-La belle vie Family-

5 commentaires

  1. Merci.
    Mon fils à 3 ans et ma dernière 3 mois. Depuis son arrivée c’est compliqué (surtout qu’entre temps une hospitalisation de mon bébé c’est greffé) mon grand me dit souvent « je suis seul moi ».
    Je lui demande à chaque fois pourquoi il a l’impression d’être seul mais il ne sait pas me l’expliquer.
    Je pense que c’est le fait de moins porter d’attention sur lui qui l’angoisse.
    Il est gentil envers elle et nous l’encourageons dans son rôle de grand Frere.
    Je culbalise en permanence, de peur de créer chez lui un manque, un traumatisme, la maitresse (qui est très dure à mon goût) me dit « C… » À du mal à respecter une consigne, il est très têtu…avec elle ça ne vas jamais…
    Avec mon mari on lui parle beaucoup on essaye de savoir ce qu’il ressent.
    Pas facile, je trouve que pour lui en ce moment c’est dur, entre l’école (les règles, la collectivité…) et la naissance de sa sœur on marche sur des œufs.

    J'aime

  2. Un très « bon » texte qui résume suffisamment bien la question. Mais peut être que pour faire écho à certaines, il faudrait un peu plus de confiance en soi et ses choix, moins le besoin de récolter le « like » des autres et d’avoir ce besoin d’appartenance à des groupes… J’ai voulu faire comme bcp mais je n’ai pas d’enfants comme les autres (bcp de difficultés émotionnelles, sensorielles d’oi De nombreux « tocs » et je n’ai Pas du tout un modèle familial classique mais aujourd’hui j’assume et du coup tout va bcp mieux! Merci pour ces mots. Emeline

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s