La mère parfaite (encore elle!)

On en parle un peu partout, on la décrit de différentes manières et pourtant personne ne sait vraiment à quoi ressemble la mère parfaite. Nous avons toutes notre propre idée de ce qu’est la mère parfaite et la mienne se résume en une seule phrase: C’est une femme heureuse. Pour moi la mère parfaite est une femme qui arrive à concilier les besoins de son enfant avec ses propres désirs. Partant de cette définition je considère qu’il est donc impossible de donner une définition stéréotypée de ce qu’est la mère idéale puisque la définition du bonheur et des priorités variera inévitablement d’une femme à l’autre.

DAN_4940

Crédit photo: Dan photographe

Pour la fête des mères Le Monde a publié un article sur le retour de la mère parfaite (à retrouver ici) et cet article m’a un peu irrité. En le lisant j’ai eu l’impression qu’une mère heureuse et épanouie était forcément une menteuse qui simulait son bonheur à coup de hastags #happy #comblée et #épanouie. Les femmes passent tellement de temps à essayer de correspondre à une image considérée comme parfaite qu’elles tentent d’atteindre à tous prix, qu’elles finissent par perdre de vue ce qu’elles veulent vraiment. Malheureusement, une femme qui ne sait pas ce qui l’a rend heureuse et qui ne se connait pas suffisamment pour connaître ses priorités ira chercher chez les autres (sur les réseaux sociaux, dans la presse féminine,…) des recommandations pour être épanouie. Mais le bonheur et l’épanouissement ne se formatent pas et plutôt que de se fatiguer à « devoir être », nous devrions simplement apprendre à reconnaître ce qui nous fait du bien. A force de vouloir cadrer à un modèle irréaliste les femmes se perdent, se fatiguent et finissent par imaginer qu’elles ratent tout et qu’elles ne sont pas à la hauteur.

Je suis une femme comblée et épanouie et en lisant cet article sur le retour de la femme parfaite j’ai presque culpabilisé et eu honte d’être aussi heureuse d’être mère. D’autant plus qu’avec mon côté très ordonnée et organisée je rentre encore plus dans le stéréotype de la parfaite ménagère! Avant d’avoir des enfants je m’imaginais plutôt comme une future « working mum » et puis la maternité a changé ma vision de voir les choses, aujourd’hui je m’épanouis principalement (mais pas exclusivement non plus!) en m’occupant de ma famille. C’est peut être rétrograde, mais j’adore passer du temps à m’occuper de ma maison, de mes enfants et de mon époux. C’est MA façon d’être épanouie. Cette façon de vivre ne correspond pas à toutes les femmes et c’est tant mieux. Nous sommes toutes différentes et le principal est de réussir à concilier nos propres envies avec la réalité du quotidien, peu importe la façon dont on le fait.

Je crois que tout le monde est d’accord pour dire que la mère parfaite dont on parle partout n’existe pas. C’est un mythe. Beaucoup aimeraient absolument en donner quelques critères, mais je ne pense pas que la qualité du maternage dépende ni du temps passé avec son enfant (mère au foyer vs mère qui travaille), ni de la propreté de votre maison (mère ordonnée vs mère bordélique), ni de ce que vous donner à manger à votre enfant (allaitement vs biberon; petits pots industriels vs petits plats fait maison). Si les femmes se déchirent autant sur toutes les questions liées à la maternité c’est avant tout parce qu’elles se sentent coupables et que la société continues de les rendre coupables. Cette culpabilité a fait naître une nouvelle génération de mères qui doutent de leurs compétences alors qu’elles sont toutes en quelque sorte parfaites à leur façon. Je suis assez étonnée de voir tous ces livres sur comment réussir l’éducation de son enfant, ces livres qui donnent des conseils, qui expliquent comment faire pour être un bon parent, comme s’il existait un mode d’emploi pour que nos enfants ne fassent pas de crises, qu’ils mangent de tout, qu’ils soient polis et plus intelligents que les autres… l’explosion de ce genre d’ouvrage est très symptomatique de l’état d’esprit des mères: elles doutent, elles n’ont pas suffisamment confiance en elles et ont besoin de s’appuyer sur des théories. Ces théories sont très intéressantes mais on oublie qu’en science humaine chaque situation est différente et qu’il est impossible d’éditer un mode d’emploi de la parentalité!

Je suis un peu à contre courant avec mes articles de psychologie sur le blog car je fais tout l’inverse! Je ne vous donne pas de conseil, je ne veux pas vous dire comment faire pour éduquer vos enfants pour la simple et bonne raison que vous allez le faire (sans même en avoir conscience) en tenant compte de vos expériences, de votre histoire personnelle et tout cela couplé avec les affects et les expériences de vie du papa, ce qui rajoute encore des données que vous ne pouvez pas maîtriser! Selon moi le secret pour aider votre enfant à être épanoui c’est de réussir à vous sentir bien dans votre rôle de parent. Il faut avant tout être capable de vous sentir légitime à cette place, d’avoir confiance en vos capacités parentales, de ne pas douter de vos choix (si vous n’êtes pas rassurée comment votre enfant peut-il l’être?). Les mères culpabilisent en général beaucoup trop et ont tendance à se comparer facilement. C’est quelque chose de très féminin. Nul besoin d’avoir des enfants pour être dans ce mode de fonctionnement. Des études ont révélé que si les hommes regardaient les jolies filles dans la rue, les femmes, elles, ne regardent pas beaucoup les hommes séduisants, non, elles regardent davantage les autres femmes! Quand ces mêmes femmes deviennent mères la comparaison continue et peut être dévastatrice. Il n’existe pas un modèle à suivre de mère parfaite parce qu’il y a plein de façons différentes d’être épanouie et fière de ses choix. Ce qui plaît à certaines déplaira à d’autres. L’essentiel c’est juste d’être sereine dans ses choix, de ne pas penser que l’herbe est plus verte chez la voisine (ou la maison mieux rangée ou les enfants moins bruyants ou…). Faites vos choix sans vous comparer aux autres et faites les pour être heureuse et non pas pour épater les autres. Assumez vos décisions et ne doutez pas! C’est probablement le meilleur moyen d’être heureuse.

Chez nous être optimistes est essentiel. Nous cultivons les émotions positives et nous nous nourrissons de petits bonheurs pour rendre la vie plus jolie. Un thé fumant et une bougie un jour de pluie peuvent suffire à transformer un moment un peu morose en quelque chose d’agréable et ce n’est pas une mise en scène pour une jolie photo instagram (nous le faisions bien avant d’avoir le blog!). J’ai la chance (j’ai conscience que tout le monde ne peut pas le faire) d’avoir pu concilier ma vie professionnelle et ma vie de mère comme je le souhaitais et je me sens vraiment bien dans mes choix. Alors n’en déplaise à certains qui n’arrivent pas à être heureux ou qui ne savent pas que ça existe, je continuerai de vous inonder d’hastags dégoulinants de bonheur, je continuerai à clamer que je suis une « happymama », que ma vie est merveilleuse (franchement je serais menteuse et gonflée de dire que j’ai une vie difficile!) et je continuerai à être moi, une mère imparfaite mais parfaitement heureuse.

à très vite,

Mme Elle

-La belle vie Family-

33 réflexions sur “La mère parfaite (encore elle!)

  1. Tu as bien raison d’assumer ton TOI et ta façon de voir les choses !
    Après tout, nos mères et nos générations précédentes faisaient comment ?
    Ma mère n’est pas parfaite mais aujourd’hui en étant adulte je ne garde que le meilleur d’elle pour m’aider a être le meilleur de moi.
    Je me complais parfaitement dans mon rôle de maman et d’épouse après tant d’attente et d’aventures pour devenir mère.
    Mais je l’avou je m’énerve parfois (et je m’en veut) car je n’arrive pas à toujours organiser et RANGER les choses ou les situations comme je le souhaiterai…il faut que je fasse le deuil de ça 😄
    Ce qui est difficile, c’est de trouver cet équilibre dont tu parle et que toutes nous atteignons pas toujours.
    Je m’aide parfois des livres pour aiguiller ma façon d’expliquer et de faire comprendre les choses à mon fils, parce-que j’ai peur d’être maladroite.
    Depuis que je suis mère je suis différente, je suis plus mère que femme malgré moi, mais pour mon plus grand bonheur.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ce témoignage. C’est normal de s’énerver et d’être perdue parfois (surtout dans notre rôle de mère!). L’agacement et la colère sont des affects normaux et nous avons le droit de les ressentir même quand on est une super maman 😉

      J'aime

      • Simplement leur dire ce que tu ressens et pourquoi tu es en colère. Les rassurer sur ton amour et puis eux aussi ils s’énervent contre nous et pourtant ils nous aiment! Ils sont donc tout à fait capable de comprendre que ça arrive aussi aux parents.

        J'aime

  2. Cela fait 15 ans que je suis mere, je n ai ouvert aucun bouquin même pas Dolto!!! Je le fais avec mes tripes, selon mes valeurs celles que je veux leur transmettre, je suis une mere équilibriste celle qui s adapte aux imprévus, qui essaie de trouver des solutions aux problèmes qu peuvent se présenter, qui danse et chahute avec ses filles parce que demain il sera peut être trop tard et tant pis si les voisins ne supportent pas nos cris de guerre, si la maison n est pas parfaitement rangée… Aux yeux de mes filles je suis la parfaite mere imparfaite!!! Merci Anne Sophie et surtout continue à être une happymama dégoulinante de bonheur c est bien plus sympa comme ca

    Aimé par 1 personne

  3. Je te suis ici, et sur Instagram, alors ton bonheur dégoulinant, je le vois bien et j’adore ça. A la base, je pensais aussi devenir une working Mum, mais un sejour en Pma et deux petites merveilles de dix huit mois d’écart m’ont complètement transformée. Je me retrouve à être avec eux h24, et j’adore ça. Je crois que je n’ai jamais été aussi bien dans ma vie, (même quelques heures de sommeil en plus seraient bienvenues). Je suis du genre Happy mamma, je passe beaucoup de temps à ranger et à chanter des comptines, à faire des gâteaux pour un sourire au goûter, à lire des histoires et à me balader en poussette, c’est ca la vie et ça me va ! Merci pour ton joli article

    J'aime

  4. J’aime te lire car j’ai l’impression de faire les mêmes cheminements intellectuels que toi. Je suis d’accord avec ce que tu dis mais je trouves que c’est bien là la chose la plus difficile : arriver à trouver ce qui nous rend heureux, se mettre en action pour faire l’environnement qui nous convient et l’entretenir ! Connaître ses envies est une des choses qui a été le plus difficile pour moi qui ne vivait que pour faire plaisir. Mais quand on a des enfants, on se rend compte qu’on a aussi besoin que l’on prenne soin de soi. Si ce n’est pas son mari alors au moins soi-même. Maintenant que je sais ce dont j’ai envie, il faut que je me mettes en action 😉 ! Et je sens bien que c’est aussi pour le bien de ses enfants de nous voir heureuse. Cela permet aussi de ne pas avoir de frustration ou d’exaspération que l’on peut leur faire subir et parfois même, inconsciemment, leur faire porter.
    En tout cas merci pour cet article 😉

    Aimé par 1 personne

    • Je suis bien d’accord avec toi. Audrey Hepburn disait à son fils dans sa lettre d’adieu: « Si tu as besoin d’une main secourable, tu en trouveras deux au bout de chacun de tes bras. En vieillissant, tu découvriras que tu as deux mains, l’une pour t’aider, toi, et la seconde pour aider les autres. »
      Je trouve que cette phrase résume un peu tout ça…

      J'aime

      • Très jolie phrase 😉 En tout cas ça fait du bien de voir des mamans heureuses. Contrairement à l’article du monde, je trouve que ça donne envie de se donner un coup de pied aux fesses pour nous aussi se créer NOTRE propre bonheur en voyant que c’est possible plutôt que de jalouser, envier ou dire que c’est de la fabulation de ses mères si heureuses. Je ne voudrais pas faire « tout comme » certaines de ses mamans mais je me souhaite d’arriver à trouver le moyen d’être aussi heureuse !

        Aimé par 1 personne

  5. Je suis tout à fait d’accord avec ton article, je trouve que nous vivons dans une génération de mères coupables qui ne font jamais les bons choix (travailler ou non, allaiter ou non etc..)
    Mais j’avoue que pour ma part je regarde cette réalité avec énormement de distance et presque je ne me sens pas concernée. Je crois que je suis en paix avec moi même, je sais que je ne suis pas parfaite, mais je sais également quelles sont mes qualités et mes competences, et surtout je sais que je fais toujours pour le mieux (à mon sens) pour mes enfants et ça personne ne pourra m’en faire douter. Je n’ai jamais ouvert un livre d’éducation car la maison pour moi ce n’est pas l’école, les relations, les liens ça ne s’apprend pas, ça se vit et il me semble difficile d’appliquer « des doctrines » à la maison, car pour moi la famille c’est le lieu du naturel, où on ne fait pas semblant et où on s’aime tous comme on est…
    Oula il est un peu long ce commentaire… merci pour ton article en tout cas

    J'aime

  6. Ça, c’est bien dit !
    C’est drôle, car cet article du Monde m’a également fait réagir (https://misslune.com/2016/06/07/miroir-deformant/ ) et pousser un coup de gueule contre cette image de mère parfaite qu’on nous renvoie et qui a tendance à nous culpabiliser (comme si on avait besoin de ça !). J’ai préféré opter pour l’humour et la caricature que pour une vraie analyse, comme toi. Mais je me retrouve complètement dans ce que tu nous écris, même si je sens bien que je ne suis pas encore arrivée au même niveau de détachement que toi : merci pour ce bel exemple !

    Aimé par 1 personne

  7. Complètement d’accord avec toi ma belle ! Une mère épanouie, c’est ça une mère parfaite ! Combien de fois on m’a conseillé de faire comme ci ou comme ça avec ma fille ! Les gens croient que parce qu’ils sont déjà parents, ils peuvent te juger en tant que mère, mais chaque femme est différente. Du moment que l’enfant et la mère sont heureux, chacune sa méthode ! bisous

    Aimé par 1 personne

  8. Tout est si bien dit, maman épanouie j’ai choisi de laisser de côté ma profession libérale pour accompagner mes enfants, un choix qui me rend heureuse et que je ne cherche plus à justifier face aux regards médusés des personnes qui ne comprennent pas mon choix. la pression sur les épaules des femmes et si forte que l’on oublie parfois l’essentiel et les petits bonheurs du quotidien….. Etre heureux aujourd’hui n’est vraiment pas donner à tout le monde. Votre article fait du bien, merci pour ces douces paroles qu’il faudrait rappeler à toutes les mamans qui doutent car chacune à notre façon nous sommes des mamans  » parfaites » douce soirée à vous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s