Faire croire (ou pas) à son enfant que le Père Noël existe.

Avant d’avoir des enfants je m’étais déjà posée cette question cruciale: faut-il faire croire aux enfants que le Père Noël existe et par conséquent leur mentir délibérément en leur racontant des choses complètement farfelues? Parce que franchement, c’est quand même tiré par les cheveux cette histoire qu’un vieux monsieur puisse distribuer des cadeaux à tous les enfants de la terre, le même jour; qu’il puisse se déplacer à bord d’un traîneau volant tiré par des rennes (qui volent eux aussi!) et cerise sur le gâteau qu’il soit capable de passer par la cheminée et ceci, malgré son apparent surpoids! Si je dois faire croire tout ça à mes enfants j’aurais un peu l’impression de les prendre pour des idiots!… et pourtant…

1920x1080_fond-ecran-fetes-noel-pere-noel-058

La première fois que je me suis posée cette question c’était lors d’un entretien dans mon cabinet avec un petit garçon de 5 ans. Ses parents me l’avaient amené parce qu’il était, depuis quelques temps, très angoissé à l’idée qu’un voleur puisse s’introduire chez lui. Lors d’un rendez-vous pendant lequel il jouait avec des légos en me mettant en scène ses peurs, il me questionne sur le fait que son petit personnage, qu’il avait désigné comme le cambrioleur de notre jeu, puisse s’introduire par la cheminée de la maison Lego. Je lui explique que ce n’est pas possible et je le sens rassuré, prêt à reprendre sa petite mise en scène, quand soudain il se dresse sur sa petite chaise et me demande, très suspicieux: « alors pourquoi le Père Noël il passe par la cheminée si c’est pas possible? ». Ma position de psychologue m’empêchait de lui mentir (il avait totalement confiance en moi et je ne voulais pas risquer d’altérer cette relation thérapeutique) mais en même temps ce n’était pas à moi de lui dire la vérité. De plus ses parents auraient sûrement regretté de lui avoir payé des séances chez le psy pour en ressortir complètement désillusionné de cette histoire, farfelue certes, mais plutôt jolie qu’ils avaient visiblement pris soin de lui transmettre. Je ne me souviens de la réponse exacte que j’ai formulée à mon petit patient et je crois que je lui ai simplement fait remarquer que dans l’histoire du Père Noël il se passe des choses magiques, étranges, comme dans les contes qu’il aime et qui ne racontent pourtant pas la réalité. Voici donc le départ de ma réflexion…

En devenant mère ce dilemme est réapparu: Est-il bon de faire croire à mes enfants que le Père Noël existe alors que dans ce que je souhaite leur transmettre le mensonge n’a pas sa place…?

Vous avez peut-être dans votre entourage des parents qui refusent de mentir à leurs enfants? Souvent, ces parents pensent que c’est un manque de respect total que de raconter des choses complètement délirantes à un enfant innocent qui va forcément vous croire sur parole. D’autres vont avancer l’argument qu’il n’est pas possible de faire comprendre à un enfant que le Père Noël ne lui offre pas tout ce qu’il désire alors qu’il a été très sage. Certaines familles croyantes et pratiquantes ne souhaitent pas que le jour de Noël soit associé à un bonhomme qui distribue des cadeaux. Bref, peu importe les raisons, quand des parents prennent une décision ils le font en essayant de choisir ce qu’ils pensent être le mieux pour leur(s) enfant(s), il est donc de fait difficile de les juger. Dans cet article je vais vous donner mon avis de maman mais aussi et surtout de psychologue, et comme souvent, vous allez voir, il n’y a pas une bonne réponse, ou une bonne façon de faire.

Alors voilà, mon point de vue de maman: je n’aime pas du tout l’idée de mentir à mes enfants, même si c’est un « joli mensonge » et encore moins « pour leur bien » (vous savez les mensonges type « secrets de famille » que l’on cache et qui sont complètement destructeurs!). Donc non l’idée d’en rajouter des tonnes en mentant à mes enfants ce n’est définitivement pas pour moi! Oui mais quand même, l’histoire du Père Noël est une jolie histoire et puis personnellement j’ai adoré y croire lorsque j’étais enfant… Je ne voudrais pas priver mes filles de la magie de Noël… Avec Mr Lui nous en avons discuté et nous sommes plutôt tombés d’accord sur ce sujet: Nous laisserons nos filles croire mais nous éviterons d’en rajouter en racontant des mensonges et surtout jamais nous n’utiliserons cette histoire pour faire du chantage (« Si tu n’es pas sage le Père Noël ne t’apportera pas de cadeau » ). Quand elles nous poserons des questions nous répondrons d’abord en leur retournant la question (technique de psychologue: « Je ne sais pas, à ton avis? Tu as une idée? ») afin de susciter leur imaginaire et de les voir chercher la réponse par elles-mêmes. En grandissant nous les accompagnerons dans ce cheminement vers la vérité.

Laisser croire au Père Noël c’est aussi encourager les enfants à croire à un mythe et participer à des rituels qui sont devenus une réalité sociale. Parce qu’il faut se rendre à l’évidence: il est impossible de faire comme si Noël (et donc aussi le Père Noël) n’existait pas! A l’approche des fêtes on retrouve de « gros » bonhommes déguisés en rouge, des décorations à son effigie, des livres, des films qui parle de lui… bref même s’il n’existe pas « pour de vrai », le Père Noël existe quand même c’est indéniable. Comme toutes les histoires que nous racontons à nos enfants (surtout les contes) celle du Père-Noël véhicule un message; et il est plutôt joli, puisque ce qui est transmis c’est à la fois, la fête, le mystère, le don, la générosité et le plaisir d’offrir. Cette période est d’ailleurs un moment parfait pour transmettre des valeurs et des traditions à nos enfants. Noël, que ce soit avec ou sans le Père Noël, c’est aussi se retrouver en famille, prendre du plaisir à être ensemble, c’est aussi apprendre à donner et à recevoir. Cette fête cristallise souvent les conflits familiaux et je suis toujours étonnée (moi qui adoooooore Noël!) de voir débarquer chaque année dans mon cabinet des patients, et ce dès le mois de novembre, complètement angoissés à l’idée de devoir se forcer à retrouver certaines personnes qu’ils n’ont vraiment pas envie de voir. Ne pas aimer Noël ce n’est pas grave mais il est toujours bon de connaître la raison (consciente ou insconsciente) de ce rejet. Que ce soit des souvenirs d’enfance difficiles (Parce que l’ambiance entre les parents/grand-parents/oncles et tantes étaient tendues) ou  parce que ce moment renvoie un peu plus à la solitude pour certaines personnes se sentant déjà isolées, ce qui est sûr c’est qu’aucun de ces motifs ne doit être mis en avant pour justifier le fait que vous refuser de laisser votre enfant croire au Père Noël. En effet, dans ces cas là, il s’agirait d’utiliser votre petit pour réparer et soigner vos angoisses et un enfant n’est pas là pour ça! Néanmoins, je dois avouer que c’est rarement le cas des parents qui refusent que leur enfant croit au Père Noël…

Mais qu’en est-il de la construction psychique de nos enfants? Est-il dangereux pour eux de croire à ce mythe? Mon point de vue de psychologue c’est que non seulement il n’y a aucun danger mais au contraire cela peut même être plutôt bénéfique. En effet, croire au Père Noël permet aussi de répondre judicieusement aux angoisses d’abandon des enfants à un âge où ils pensent encore que leurs pulsions agressives peuvent détruire l’amour que leurs parents leur portent (de la même manière que la pièce qu’apporte la petite souris rassure et console l’enfant de son angoisse de perte). Chers parents qui faites croire à vos enfants que le Père Noël, la petite souris ou les cloches de Pâques existent surtout ne paniquez pas: tant que votre enfant n’a pas accédé à la pensée rationnelle toutes ces histoires ne sont pas dangereuses pour son psychisme, elles sont mêmes très utiles pour l’aider à grandir dans un monde rassurant, réparateur et plus étayant. Et puis si vous avez fait le choix de ne pas lui faire croire au Père Noël, ne vous inquiétez pas non plus les enfants sont très forts pour s’inventer des histoires et croire en des choses qui n’existent pas (même si vous passez votre temps à lui dire que les monstres n’existent pas il continuera à y croire!). Il trouvera donc ailleurs de quoi rassurer ses angoisses. Il est important pour le développement de l’enfant, surtout pour son adaptation à la vie et à toutes les difficultés de celle-ci, de stimuler son imaginaire (que ce soit avec l’histoire du Père Noël ou d’autres histoires!). Il ne faut pas vouloir absolument traiter les enfants comme des petits adultes. Ils sont en pleine construction psychique et il faut leur laisser le temps de découvrir la réalité de la vie tranquillement, à leur rythme. Ils n’ont pas les mêmes capacités qu’un adulte pour traiter les informations et ce serait une erreur de penser qu’ils réfléchissent et raisonnent comme nous. Finalement c’est un peu comme aider son enfant à se déplacer: avant de savoir marcher, courir ou sauter comme un adulte il doit d’abord apprendre à ramper, marcher à quatre pattes…  Inutile d’essayer le faire marcher comme un adulte à 2 mois, c’est impossible! Et bien c’est la même chose pour sa construction psychique et imaginaire ou pour son raisonnement logique. Les enfants ne sont pas des adultes miniatures et c’est notre rôle de parent de les aider à grandir tranquillement, à leur rythme.

Croire au Père Noël et vivre la désillusion qu’il n’existe pas est aussi bénéfique pour l’enfant qui a besoin de se confronter au principe de réalité un jour. Encore une fois, si vous avez fait le choix de ne pas faire croire à votre enfant au Père Noël aucune inquiétude à avoir votre petit sera forcément confronté à un moment ou un autre à d’autres désillusions (qui lui permettront de grandir). Bref, peut importe si l’histoire du Père Noël à sa place ou non dans votre famille, c’est une jolie histoire, qui non seulement « ne fait pas de mal » mais permettra à votre enfant de se construire en tant que futur adulte, se confrontant progressivement aux dures réalités de la vie. Et puis pour les parents qui ne souhaitent pas que leurs enfants croient au Père Noël (quelque soit la raison), je suis certaine que votre petit fera preuve de beaucoup d’imagination pour s’inventer d’autres histoires aussi farfelues, magiques et fabuleuses que celle du vieux monsieur qui offre des cadeaux à tous les enfants de la terre.

à très vite,

Mme Elle pour

-La belle vie Family-

 

 

 

 

11 réflexions sur “Faire croire (ou pas) à son enfant que le Père Noël existe.

  1. Merci pour ce très bon article!
    Je te rejoins sur cette analyse! Nous avons fait aussi le choix comme vous de laisser l’idée du père Noël prospérer toute seule, sans l’encourager, mais sans la nier non plus. Je dis simplement à mon fils aîné de 3 ans que c’est une histoire, un personnage merveilleux dont on aime parler à Noël, au même titre que les personnages de ses livres préférés qui vivent dans son imaginaire, mais dont il sait très bien (me semble-t-il) qu’il n’existent pas en vrai. Cela semble lui convenir.
    En temps que croyante, je lui dis aussi que nous nous échangeons des cadeaux à Noël car nous sommes heureux de célébrer la naissance de Jésus (mais je ne lui dis pas que le petit Jésus apporte lui-même les cadeaux, ce qui est encore plus improbable que l’histoire du père Noël et me semble pour le coup un vrai mensonge!). Finalement, la légende du père Noël cohabite chez nous avec la confection des cadeaux et cela marche pour l’instant. Et j’ajoute que nos petits fabriquent aussi des cadeaux pour leurs proches (nounou, etc.) pour être associés à l’esprit de partage de Noël.

    Aimé par 1 personne

    • J’aime moi aussi beaucoup l’idée de partager, d’offrir et de donner. Ici aussi les enfants participeront comme ils peuvent pour offrir quelque chose (Perline ce sera probablement un sourire et Myrtille fera un dessin pour son Papou, sa Manou, son oncle et sa tante et sûrement pour nous et sa petite sœur!). Merci pour ton commentaire! J’adore avoir vos retours!

      J'aime

  2. Merci pour votre article. Mon fils qui a eu 8 ans début novembre m’a posé des questions sur Saint Nicolas suite à des conversations avec les copains dans la cour et je lui ai donc avoué que c’était les parents qui apportaient les cadeaux. Pareil pour Père Noël et les Cloches. Il a pleuré en l’apprenant, je crois qu’il a encore grandi d’un coup à ce moment là. Je crois que le côté magique a éclaté comme une bulle pour lui, il était triste et déçu. Nous sommes allés sur internet pour lire l’histoire de Saint Nicolas, il a quand même existé. A votre lecture, je suis réconfortée car je vivais mal aussi le fait de lui « mentir ».

    Aimé par 1 personne

  3. Merci beaucoup !!!! J’adore cet article !!! effectivement ici c’est le conflit avec les grands parents qui voudraient bien décider à notre place. Il y a trois ans la mamy d’Ambre a profiter de notre absence pour tout lui révéler (sans rien nous demander). Et là dans la voiture Ambre nous a tout raconter en nous disant que sa mamy disait n’importer quoi …. Nous avons de décider de lui dire elle avait déjà 10 ans 1/2 !!!!! (oui elle vit dans le monde des bisounours) tout en lui donnant un nouveau rôle celui de l’assistante du « père noël » pour perpétrer un peu la magie avec son petit frère. Du coup tout a été très bien accepté.

    Aimé par 1 personne

  4. Bonsoir,
    Tout d’abord merci pour ce super article.
    Pour le moment je ne suis pas confrontée à ce problème car je ne suis pas encore maman, mais je tenais à vous laisser un message concernant votre blog.
    Je vous ai découvert sur Instagram par hasard, et depuis j’adore suivre vos petits moments de vie que vous partagez avec beaucoup d’amour. Je ne suis pas du genre à suivre les blog ou être accro au blogueuse de tous genre, mais le votre m’a particulièrement touché. La famille a une place très importante dans ma vie et avec mon conjoint on est pratiquement sur la même longueur d’onde que vous. C’est drôle de se dire qu’on est d’accord (du moins parfaitement d’accord avec vos articles) avec des personnes qu’on a jamais vu et avec qui on ne partage rien. Mais votre blog est tellement saint, et me donne clairement envie de fonder une famille ( moi qui disait surtout pas avant 30 ans faut bien profiter avant) et pourtant à travers vos articles on se dit tout simplement qu’avoir des enfants, fonder une famille est complètement compatible avec « profiter » de la vie.
    Bref, je tenais à vous dire merci de partager ces instants de vie avec nous et que vos filles sont juste à croquer!!!

    Bien à vous.
    Sabrina.

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ce message qui nous va droit au coeur… Nous vous souhaitons beaucoup de bonheur à deux (à deux on est déjà une famille 😉 )… Et puis un jour avec des enfants! Plein de bonheur pour votre couple pour cette nouvelle année ❤

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s