…de l’homme au père(ationnel)

Si devenir un homme n’est pas chose aisée (car souvent qui croit si bien l’être en est fréquemment d’autant plus éloigné) devenir père est d’une toute autre envergure. Trivial? Pas si sûr… Je passerai assez rapidement sur ce qui pour moi façonne le premier pour décrire à quel point les chamboulements qui créent le second sont profonds et parfois surprenants. Quelques généralités, et surtout bien loin de moi l’idée de donner des leçons. Je vous livre ici bien plus un point de vue, empreint d’émotions.

1 ans-Myrtille-121Crédit Photo Dan Photographe

Attaquons-nous au premier, l’homme. Qui comme je le disais plus haut, est souvent, je le pense, aussi sûr de lui qu’éloigné des qualités qu’il devrait posséder. Nous souffrons, à mon avis, très souvent d’un « héritage » sociétal qui nous confine dans un rôle, à mon goût, peu glorieux. Fiers et égocentriques (ok, ok pas tous) nous les hommes, pensons savoir et savoir faire. Quiconque dirait le contraire s’attirerait la foudre du critiqué. Je ne pense de plus pas trop me tromper en suggérant qu’il est assez rare de croiser un individu du « sexe fort » capable de se remettre profondément en question (n’est-ce pas mesdames). Et c’est pourtant ce qui, à mon avis, définit l’homme, celui-là même capable non seulement d’entendre mais d’écouter. Capable de comprendre et de prendre en compte. Capable en somme d’être en empathie, la vraie, et s’extraire du rôle dans lequel nous sommes inconsciemment piégés et définis par notre sexe (ou plutôt notre genre) bien installés à la place que l’on nous a donné (ou pas d’ailleurs). Mea culpa donc ou prise de conscience, nous ne sommes cependant pas seuls responsables de ces comportements qui vous font mesdames parfois (souvent?) sortir de vos gonds (clin d’œil aux mamans qui se seraient perdues dans ces lignes, c’est ici qu’il vous faut réfléchir à la façon de « manager » vos p’tits mecs…vos fils sont de futurs maris). Si ce « constat » est un bagage, rien ne nous empêche cependant un jour, de le déposer, de le vider, de trier et enfin de le remplir du nécessaire pour devenir un homme. L’empathie. Messieurs, gorgeons-nous de ce sublime sentiment et de cette propension qu’ont les femmes à s’en servir beaucoup plus « naturellement ». Nous avons du boulot pour enfin être à l’écoute, rassurants, virils, tendres et puissamment sûrs de ce que l’on est et de pourquoi on l’est. Homme.
NB: Je ne m’exclue évidemment pas de ce travail bien entendu, je n’en aurais la prétention. Et pour ceux qui penseraient ne pas en avoir besoin, un conseil, retournez à la première phrase du texte 🙂

photo (5)

Si tant est que nous y arrivions un jour, le glissement vers la paternité sera d’autant plus aisé… mais pas moins bouleversant. L’idéal eut été d’arriver à être un homme avant d’être père, idéal oui, mais certainement si rarement le cas. Cela éviterait sans doute de mettre en chanson de trop fréquents lieux communs que sont les « Papa où t’es ». Soyons des hommes, puis, soyons des pères et qui sait, un jour, les chansons seront peut-être des « Papa est là ».

Au demeurant et quelque soit le chemin de chacun, le choc de la paternité est parfois flou, tantôt séisme, tantôt bombe à retardement. Au final, et peu importe le moment, force sera de constater que vous aurez changé… Un être vous regarde, vous ressent, et vous fait vous sentir investi d’une tâche que même les plus profondes réflexions, discussions, explications n’auront réussi à vous faire comprendre. Le vivre, rien d’autre, ne vous approchera de la sensation que cela procure.

Les émotions, et ressentis s’emmêlent, les questions se posent et se bousculent, pour au final simplement vous laisser avec ce bonheur qui est là. Un bonheur avec des yeux et une bouche, une peau…
Si c’était pour écrire ces quelques lignes je n’aurais pas écrit. Trop lu, et c’est bien normal, car trop vrai. C’est bien plus pour ce qui va suivre et qui aborde cette difficulté que j’ai ressentie à intégrer mon rôle.
Les émotions sont fortes, les questions nombreuses et tout reste, je trouve en tout cas, longtemps dans le brouillard. Ici encore ce n’est qu’un modeste point de vue. Mais il est tellement difficile d’appréhender ce nouvel état qu’est celui de père. Pour ma part cela a duré. Sensation étrange et déroutante, comme un tabou. Pourquoi cette lenteur à l’appropriation du rôle? La peur? L’étendue la tâche? La conscience du poids des conséquences de chacun de nos actes? Au final, c’est peut-être bien plus l’impossibilité (incapacité?) à s’y préparer. Rendant de fait l’appropriation d’autant plus longue que le travail et le chemin à effectuer ne nous a jamais été appris. Les mamans dès leur plus jeune âge maternent (« s’occupent de … »), les petits hommes se complaisent et sont poussés à entretenir leurs petites voitures qui deviendront grandes… hommes guidés vers l’égocentrisme autant que les femmes sont « vouées » à « savoir faire » (ok ok encore une fois je caricature, mais qui a-t-il de plus efficace que de parfois grossir les traits).

Pourtant dans ce schéma imparfait et heureusement corrigible, pour qui souhaite s’y atteler (plutôt que de brandir une foultitude d’arguments pour s’en défendre… oui oui nous sommes très doués pour toujours avoir de bonnes excuses) nous apportons nos différences, celles-là même qu’il ne faut surtout pas perdre et que la maman maternante doit nous laisser exprimer. Moins inquiets (souvent) nous choisirons le plus haut toboggan au square, ferons virevolter en l’air nos bambins, mettre la tête sous l’eau à la piscine et tant d’autres choses qui feront angoisser les mamans et qui construiront d’autant nos enfants.

Sachons, à la lueur de la conscience du poids de notre rôle, donner ce que nous savons être, à savoir, des hommes. Mais une fois encore est-il peut-être bon de revenir au début du texte…

Pour les papas perdus, en devenir, ou partageurs de bons plans, filez découvrir Daddy Coool le Webzine 100% Papa!

Bonne couvade à tous les papas en devenir…(pensez à faire un peu de sport 😉 )
Bon courage pour les prétendants…( le jeu en vaut la chandelle!)
Enjoy (et courage, également… ça va de pair) pour les papas actifs en ce moment!!!

à très vite!

Mr Lui pour – La belle vie Family –

T-Shirt by émoi-émoi

Daddy Coool

Les Maternelles, et oui, aussi utile pour vous messieurs!

Une réflexion sur “…de l’homme au père(ationnel)

  1. Pingback: Le printable de la Saint Valentin: petit jeu pour rester Amoureux! | La belle vie Family

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s